Return to site

De ce 12ème jour sur le fleuve Amour

Mercredi 10 janvier 2018

 

Récit envoyé par Armel : "Journée encore difficile, un peu moins de vent, quoique, mais plus que jamais de face, chaque mètre gagné est une victoire.
J'avance en me fixant des caps, formes apparaissant par instance dans le blizzard...

L'Amour est vaguelée par la glace, par les congères de neige et de sables. Les deux mélangés forment d'espèces de dunes sans consistance dont le passage me demande beaucoup d'efforts. Les zones de glace sont plus favorables, la pulka y glisse parfaitement. Le problème est qu'on ne sait pas vraiment ce qu'il y a dessous. De temps en temps une zone ouverte, l'eau en d'autres mots... ça refroidit un peu (quoique que difficile avec ce vent qui me fouette le visage sans cesse ).

Mais c'est tellement tentant d'évoluer sur la glace... J'ai fini par revoir ma copie... après que j'ai passé un pied au travers ! 20 cm dans l'eau ! Après un sentiment entre surprise et effroi, à regarder si la glace se fissurait ailleurs, je m'extrait vite de la zone... La pulka passe par-dessus le trou sans que ça craque davantage !

Je sens l'humidité entrer dans la chaussure mais pas trop, de toute manière pas le temps de l'enlever et de vérifier si c'est sec ! Ça souffle toujours, on verra plus tard et la meilleure chose pour l'instant est que cela ne glace pas...

À partir de ce point, je suis plus prudent mais je n'ai pas toujours le choix. Il faut, par choix ou non, passer des zones glacées. Je me débrouille pour qu'elles soient les plus petites et/ou les plus sûres possibles...

Je finis par atteindre Dzhari, après 4h30 d'efforts intenses ! C'était le temps que je m'accordais aujourd'hui.

Au moment d'installer mon bivouac et de d'abord creuser un trou dans la neige pour m'abriter du vent, une moto-neige vient vers moi. J'explique à son conducteur rapidement ce que je fais. Aussitôt, il (un pêcheur Nanaï, le seul pêcheur rencontré de la journée) m'invite à venir chez lui... J'accepte !

Je commençais à avoir froid, les cristaux de glace transportés par le vent se sont introduits de toutes parts et, en se réchauffant, ont fini par rendre humide toutes mes affaires...

Me voilà donc au chaud et, ce soir, ça tombe vraiment bien !"

 

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly